Histoire de Solidarité et solidarité.

 

 

Ce soir du Samedi
1ers mars 2014 fut un grand soir, lorsqu’une simple photo de classe publiée sur
Facebook vous mène jusqu’à une soirée Concert Humanitaire organisée d’une part,
et des retrouvailles de copains de classe, 33 ans après, d’autre part.

 

Adidy ho vita,
fahafinaretana ho azo, namana ho hita…. Et me voila à faire 600 km, du fin fond de la Bretagne à Bry sur Marne,
à Paris. Et je retrouve donc une amie, la Présidente de l’association Rafamiray, hôtesse de
cette soirée de solidarité pour soutenir un projet d’opération d’un malgache
atteint d’anévrisme thoracique - une opération qui n'est pas faisable au pays et qui coûte 48000€, somme
pharaonique pour un malgache. Ce dernier a tenu à être présent dans la salle au
début pour remercier les généreux donateurs, malgré sa grande fatigue visible. Pour
cela, un appel fut lancé sur Facebook et sur les sites communautaires malgaches
et de nombreux artistes ont répondu présents à la soirée pour y participer,
ainsi que des sonorisateurs, des bénévoles. Comme quoi, des artistes de cœur et
solidaires, nous en avons aussi, ainsi que des bénévoles prêts pour la bonne
cause. Tous les amis, les amis des amis, etc, ont été sollicités et nous voila
tous réunis à la Salle
DAGUERRE
à Bry sur Marne.

 

Nous voila partis
pour un voyage musical enchanteur, en toute intimité avec les artistes. Et
chacun y a mis tout son cœur et de son talent pour séduire le public.

 

Julio Rakotonanahary,
bassiste de Eddy Louiss et Yannick Noah, mais aussi dans beaucoup de groupe
célèbre. Ce jeune musicien auteur compositeur, interprète plein de fraicheur
et de talents nous transporte dans une musique traditionnelle malgache
revisitée, accompagnée de sa voix très douce qui attrape des notes haut
perchées, une tonalité rare chez les hommes: “Gasy jiaby” et “Fafao”. Juste un
moment de grâce….

 

Le ton était donnée,
la suite va s’avérer 
fabuleuse avec de jeunes Avignonnaises du groupe By’Zic.
Les deux représentantes du groupe, qui en compte cinq, ont enflammé le public
avec un spectacle du genre cabaret. (Jessica) Gtika Menalamba, chanteuse de RNB, et Kim Park, des talents affirmés avec des voix magnifiques, ont interprété du
Michael Jackson. Et Jessica, petit bout de jeune fille, a chanté un « Aza
ilaozana aho» (version malgache de “Ne me quitte pas” de J.Brel par Eric Manana) à vous mettre
les « poils » comme on dit.

 

Vient ensuite Jonny
R’afa
qui chante son fameux “Rabodoniarivo”, une chanson d’une demande en
mariage, qu’il a composé à l’âge de 16 ans. Il écrit, compose et chante ; ses
chansons reflètent le feeling d’un grand poète contemporain. Que c’était
amusant de se mettre au rythme de “Bilo”, en imaginant ce garçon tantôt la tête
baissée car il s’est disputé avec sa copine et tantôt l’air coquin, il est content
car ils se sont rabibochés. Avec “Retsiana”, c’était l’émotion ! Tant pour la
chanson en soi, les recommandations d’un mari à sa dulcinée s’ il viendrait à
manquer en ce monde, que pour la retrouvaille de deux vieux amis du temps des
studios et plateaux de télévision au pays, dans ces belles années et qui se
sont retrouvés 30 ans après : Ndrina Zopanage et Jonny R’Afa pour la première
fois en duo...un régal ! Enfin “La fille du nord”, mélange de parole de Hugues
Aufray en français, Bob Dylan en anglais et Jonny R’afa en malgache … un mix
tout simplement génial. «Si tu passes là bas dans le Nord, n’oublie pas de dire
bonjour, à la fille, mon amour ». Ovation du public !!!

 

A son tour, Mara Carson a ravi le public avec son timbre de voix mélancolique en exécutant "Siloke", une chanson
typique de sa terre natale, le Grand Sud de Madagascar où  règne en souverain le “beko”, ce type de chant
polyphonique exécuté en a cappela, mais que, ce soir-là, fut exécuté
magistralement sous la vibration des cordes par un virtuose de la guitare.
Tandis qu’avec “Manina anao”, qui raconte le déboire d’un mari délaissé par sa
femme et qui se retrouve à devoir se débrouiller tout seul à la maison, Carson
nous ramenait à revivre – ou imaginer, selon le cas – la vie et la scène
quotidienne d’un foyer malgache.

 

C’est avec conviction
et talent que les deux soeurs Ranaivoarimanana, 
Lalaina et Marina, nous ont transporté dans un vrai récital accompagné
d’un piano, digne de The Voice. Sans oublier le duo émouvant de Lalaina avec
son papa interprétant “Anaro”, une très belle chanson de Njakatiana.  

 

Puis monte en scène
le jeune guitariste Jordan, … et voilà les tabataba-girls qui se sont déchainées.
Lui avec un “Could you be loved” interprété à sa manière… du tonnerre !!! Toute
la salle l’a accompagné et là, on réalise que les malgaches ont la musique dans
la peau et que la relève est assurée.

  

Répondait à l’appel
aussi le célèbre Kelly Rajerison, autoproducteur de 10 albums et plus d’une
centaine de chansons déposées depuis les années 1960, du temps de “Tsikitsiky
lava”. Pour la soirée, il revient nous faire frissonner avec sa chanson “Ankalazaina”,
des paroles touchantes, écrite pour « une maman » pour la fête des mères. C’est
un parolier poète génial, rempli de romantisme et qui aime à dire que ses
chansons reflètent sa personnalité et sa nature. Il s’inspire de ce qui lui
arrive ou arrive autour de lui dans certaines de ses chansons : cela va du
romantisme aux coups de gueule ! La salle était sous le charme de son blues “je
chanterai pour toi ce soir”. “Taratasy ho anao” 
nous renvoyait à notre adolescence, tandis que le coup de spleen était au
rendez-vous en l’écoutant chanter en bà gasy “Mahatsiarotsiaro ny any aminay,
mahita anareo tonga aty indray, veloma hono hoe, indray andro any mbola hihaona
indray.”, donc, la nostalgie quand on reçoit la visite des parents et à qui on
confie le message pour la famille loin qu’un jour on se reverra.

 

Et enfin le clou du
spectacle, le groupe ZOPANAGE et Hanintsoa nous ont ramené dans les années 1980
avec “Saika hiera”, “Ambodia very namana”, “Tranobongo”, “Niova filamatra”…. et
surtout “Namana”, le titre tant attendu. Les tabatabas-girls, ainsi que le
public, n’ont plus tenu en place. Et tous de demander un “Bis !!! Avereno kely
indray mandeha !!!”. Bref, que du bonheur avec ce groupe que Ndrina Ranaivo et
ses potes ne laisseront jamais tomber et qui se recompose de temps en temps
pour le bonheur des fans malgaches à Madagascar et ici en France. Lui, mon ami
d’enfance que je n’ai pas revu depuis 33 ans et que j’ai retrouvé…

 

Cette soirée fut conviviale, sympathique et
je tiens à signaler que tous les artistes présents furent accessibles à leurs
fans et public, ce n'est pas le cas partout. Un grand MERCI à Eux.

Merci à la solidarité qui s'est créée autour
de ces artistes pour aller les chercher et les ramener à leur domicile
respectif: Les Barbies et les Kens, toujours disponibles.

Merci aussi à la Team Leader des “BéFées”,
chef des "Barbies et Kens"
*, qui, derrière son ordinateur, a tout piloté jusqu'au
moindre détail (elle se reconna
îtra, lol).

Merci à tous les artistes au grand coeur.
Voilà une soirée inoubliable ! Voilà une Solidarité !

J. Rasoabevanitika

 

 

* un petit groupe de tapageurs sur facebook, né autour d'une Solidarité pour la chère Shoan-Tout-Simplement.

 

Carson - Jonny - Ndrina - Kelly

 

 

 

(Photos : Jocelyne, Amina et Tiana Winny)