L'émotion de toute une vie recueillie dans le nouvel album de Ndrina Zopanage : 'Fa hira no fiainako'.

 

Ndrina, comme tout mélomane, ne jure que par la musique. 

Mélomane ou artiste ? Disons qu'il est surtout artiste. On n’en compte pas mal dans sa famille d’ailleurs, pour ne citer que les oncles maternels, les Ranaivo Eloi, Rakotonanahary Jules  et Rasoloson Jean du groupe “Ny Valolahy” des années 60. Pour passer à la génération 80 dont lui, aussi Julio Rakotonanahary - le bassiste qui était déjà aux côtés de Eddy Luiss et Yannick Noah ; ou encore la chorale Ny Riampeo dirigée par un autre Rakotonanahary, Haritiana, qui se charge justement de l’arrangement de cet album de Ndrina. Tandis que la génération d’aujourd’hui peut se vanter des nièces Rina et Mirana qui forment le “Strawberry for Charly”, Hanitsoa qui était déja chanteuse du groupe Zay, et même un Ndrina-Ranaivo-Junior, Clark, qui s’est dédié au théatre. Et c’est juste une pointe de l’iceberg.

Ndrina a commencé son vrai parcours d’artiste dans les années 80, en rejoignant le groupe Zopanage. Etant auteur et compositeur, quelques titres du groupe comme “Vazoy”, “Ny andro anio”, “Vorombý” portent sa signature. Mais comme la nature lui a doté d’un “r” pas trop malagasy qui l’a trop vexé à l’époque, il se contentait de son rôle de guitariste dans le groupe.

Puis venait le moment de quitter la Grande Ile pour poursuivre ses études en France. Mais quand on a la musique dans les veines, rien ne peut l’arrêter. Ainsi, avec ses frères et cousins, il a fondé le groupe Ako dans les années 90, avec un 33 tour à son actif. En chemin, il s'est permis aussi une année sabbatique pour se dédier spécialement à la musique, pendant laquelle il s’improvisait producteur (surtout pour les spectacles des artistes malagasy à l’époque), aussi présentateur  d’émissions musicales dans des radios locales. Les amis aiment bien le taquiner, en l’appelant “Monsieur le Professeur” d’ailleurs, quand il commence à faire un exposé sur une telle musique et tels musiciens, connus ou peu connus. Une petite encyclopédie musicale ambulante, notre Ndrina national !

Son âme d'artiste n'a jamais somnolé. Entre la famille et le travail, il trouve toujours le temps d'écrire et de composer. Et voilà qu’avec le temps, on mûrit, et artistiquement aussi. On aime bien faire la synthèse de tous ces chemins parcourus. En faire un coffret. Ainsi est né l’idée de l’album : "Fa hira no fiainako".  "C’est l’émotion de toute une vie, aime-t’il dire. Je ne le veux pas trop commercial pour le moment  car c’est juste ma satisfaction personnelle que je voudrais bien partager avec ma famille, mes amis, mes fans et mes supporters de tout ce temps. Si la vie me donne encore la force, le moyen et d’autres années pour un autre album, je le referai volontier”. Mais comme il n’est pas encore persuadé de son talent d’interprète, par la faute de ce "r" (rire), il a demandé aux parents et amis de le faire pour lui. 

Eh oui, l’album, c’est tout lui. C’est Ndrina tout simplement. Il faut juste l’écouter.
Et pour l'écouter, pour vous imprégner de la douceur de sa musique, il vous invite donc au concert de promotion de l'album qu'il donnera le samedi 3 juin prochain au Kianjan'ny Kanto de Mahamasina. Sur la scène, il sera accompagné, honoré par la présence de ses amis : son groupe Zopanage, Tsiakoraka, Ifanihy et aussi Vakamiarina. Ce sera un concert unique pour les nostalgiques du folk, pop folk et du vazomiteny des années 80, profitez-en !

Pour vous tenir informés de ses nouvelles, abonnez-vous à Ndrina Zopanage sur facebook.