"​Tafaray isika roa"​...et Farakely a pris son envol, comme une grande.

 

 

Non, pas comme une grande ! Elle est grande notre Fara Randrianarivo, elle joue dans la cour des grands maintenant. "Farakely", littéralement petite Fara, c'est juste un surnom qu'on lui avait donné quand elle commençait avec le trio Randrantelo - sûrement pour la distinguer de l'autre Fara, la Fara Gloum. "Au début j'avais vraiment honte de ce surnom, dit-elle, puis un ami artiste m'a dit que c'est un nom très malgache et plein d'humilité. Et comme ça, je l'ai gardé et c'est resté mon nom de scène."

Comme tout enfant d'artiste, elle baignait dans la musique depuis petite. Elle avoue l'avoir detestée à l'époque, tellement son père - musicien et compositeur - l' obligeait à tant apprendre à la maison. Mais après tout, la musique faisait toujours partie intégrante de sa vie. Ça commençait tôt, avec les leçons de clavier avec son papa puis les heures passées au sein d'une chorale en 2002. 

Au fil du temps, on commence à voir et à prendre les choses autrement. Le grand déclic arrivait quand en 2008, avec son frère Laza, elle a gagné un concours de chant. Puis en 2009, avec Lilie et Fara Gloum, le trio Randrantelo a charmé le public en relookant les tubes des années 70'-80'. C'est à cette époque que Farakely a commencé à se mettre à la guitare. Et pour son nouvel album, elle a été inspirée particulièrement par  Ayo, Corneille, Jason Maraz et les acoustiques malagasy avec qui elle a grandi.

La véritable artiste en elle avait besoin de s'épanouir, car Farakely n'est pas seulement interprète. Elle est aussi et surtout auteure/compositrice. "Depuis longtemps que je voulais ma musique à moi toute seule, avoue-t'elle. J'étais habituée à partager la scène avec les autres - avec Laza, avec Randrantelo, avec la chorale - mais j'avais ce grand besoin de faire quelque chose en solo. Ainsi l'album était déjà en projet depuis 2016". 

Et l'album ne s'est pas fait attendre. Il est là : "Tafaray isika roa", c'est à dire "on est réuni, nous deux". Oui, les deux, Farakely et la musique. Mais sans exclure non plus Farakely et ses fans, pourquoi pas ! Ceux qui veulent découvrir Farakely, ou la connaitre encore mieux, auront intérêt à s'en procurer. Ceux qui l'ont connue avec des chansons douces et romantiques seront surpris par des morceaux bien rythmés. Car non seulement elle chante l' amour, mais aussi la culture malagasy, la musique. Et même l'entraide y a aussi sa place avec "Manomeza".  Bref, un album très varié qui voit aussi la participation de Alain Rabetrano, Donnat Rasamimanana, Jack Thierry et Andry Andrianandrianina.

La sortie officielle se fera le vendredi 18 août prochain, durant le concert que Farakely donnera au CCESCA Antanimena. Après cela, des tournées nationales et internationales pour la promotion de l'album seront à programmer... en attendant un deuxième album qui a l'air d'être presque prêt (clin d'œil).

 

[sary nindramina tamin'i Andry House Com]