Vous êtes ici: Accueil> News

Olga Madagascar - L'ambassadrice du Salegy en Italie

Ajouté par : hery
Le : 26/01/2012
Dans : Artiste

 

Olga Marie Sohantenaina connue sous le nom de scène "Olga Madagascar» est une chanteuse populaire, connue pour sa voix et a enregistré plusieurs disques, le dernier un DVD dont la recette ira pour la protection des amphibiens de Madagascar. Son mari, le professeur Franco Andreone du Musée Régional des Sciences Naturelles de Turin - www.francoandreone.it - est mondialement connu pour ses travaux de recherche sur la biodiversité et de son dévouement à l'étude des différentes espèces degrenouilles existant uniquement à Madagascar.

Voici une interview qu'elle a accordée à un blog en Italien et que nous avons traduite pour Radiovazogasy.com pour la faire connaitre.

Donc vous êtes Malgache.
Oui, mon nom est Olga Marie Sohantenaina. Je suis née dans le Nord-Est de Madagascar, dans la région de SAVA, où il y a les zones protégées Anjanaharibe-Sud, le Tsaratanana et le Marojejy. Mon nom signifie "bon espoir", mais mon nom d'artiste est "OlgaMadagascar».

Chanter, c'est votre première occupation ?
Maintenant oui. Pendant la période où j'ai vécu à Antananarivo j'ai reçu un diplôme en coiffure et esthéticienne. Durant mes temps libres, je chantait avec le goupe Berikely. Puis je suis venue en Italie, à Turin, pour suivre mon mari. Quand je suis arrivée, j'ai étudié la langue et la culture italienne. Quand j'ai été en mesure de mieux parler en italien, j'ai suivi des cours d'infirmière. Peu de temps après, j'ai travailléjusqu'à ce que j'ai eu ma deuxième fille. Aujourd'hui, j'ai repris à chanter et écrire des chansons et des poèmes, même en italien.

Comment est Olga Madagascar en famille?
Je suis mariée. Pensez-vous, je me suis mariée trois fois (mariage civil, mariage religieux et mariage traditionnel de Madagascar), mais avec un seul homme. Il s'appelle Franco Andreone. Il est un zoologiste et et il fait toujours des voyages à Madagascar depuis plus de 20 ans pour étudier sa faune et sa biodiversité. C'est un bon mari avec qui je me marierai encore.
Ma famille en Italie est  composée de mes filles Kintana et Serena, de mon mari, de mon père (qui vit avec nous depuis cinq ans) et de ma belle-mère qui vivait avec nous déjà depuis plusieurs années. Nous avons aussi un chat qui vient aussi de Madagascar, et qui s'appele  Vaniglia (Vanille). Ma famille d'origine (à Madagascar) est beaucoup plus grande: nous sommes 8 frères et 5 soeurs, dont deux (ma sœur et moi) vivent en Italie.
A propos de mes enfants. La plus grande, Serena Crystal, a 13 ans et, comme son nom l'indique, elle est vraiment sereine. Elle est née à Antananarivo, Madagascar, mais aujourd'hui, elle est devenue une véritable "Bogia nen" - qui, dans en turinois, veut dire "n'aime pas trop bouger". 
Kintana Azzurra, la petite, a 5 ans. Je l'ai appelée Azzura pour que l'Italie remporte la Coupe du Monde de football. Et, en fait, en 2006 l'Italie a gagné!  Kintana est née à Turin, et son nom signifie "étoile". Juste comme une étoile brillante. Contrairement à sa sœur, elle veut voyager plus souvent et aller à Madagascar, car elle a appris très vite à parler en Tsimihety.

Que font les enfants maintenant?
Serena prépare l'examen de la Terza Media (équivalent du BEPC malgache, NdlT), tandis que Kintana est en dernière année de maternelle. Kintana et prête pour aller en classes primaires.

Quand avez vous déménagé en Italie et pourquoi ?
J'ai déménagé en Italie (Turin) en 1999 par amour. Je ne me suis jamais habitué aux coutumes italiennes: au début, il me semblait que tout a été plus froid ici et non seulement le climat. Je n'aimais vraiment rien ce qu'il y avait à manger ici. C'est bizzare, car la nourriture italienne est parmi les meilleures dans le monde, mais que je ne l'ai compris que plus tard. Mon mari en devenait fou parce qu'il fallait m'emmener souvent au restaurant chinois pour manger du riz et de la soupe comme à Madagascar. Maintenant, je me suis italianisée et je me suis habituée à (beaucoup) de spécialités italiennes ainsi que du Piémont. Croyez-moi, maintenant j'aime la "carne cruda all'albese" (genre de Carpaccio à la façon turinoise), j'adore les "agnolottis del plin" (agnolotti turinois) et je cuisine moi-même la "bagna cauda"!

Chez vous, on continue à manger du riz ou on mange aussi des pâtes?
Malheureusement je ne mange pas le riz tous les jours comme à Madagascar, mais pour habituer mes filles à la cuisine malgache,je fait toujours du "sawaba" de "fontsy lahy" et du manioc, au moins une fois par semaine. Elles les aiment bien et ainsi elles ne souffrent pas trop quand nous serons à Madagascar. Ils savent aussi discuter «Tsimihety», en particulier la plus petite, qui est aussila plus terrible. J'ai tout fait pour préserver et maintenir mes coutumes traditionnelles.


Il vous manque plein de choses de votre pays telles les fruits malgaches, le paysage et le climat ?
Je dois dire que ma famille me manque en particulier. Ensuite, bien sûr, je souffre pour le climat : même si le climat plus doux et agréable par rapport à d'autres pays européens, je n'arrive pas vraiment à supporter le froid de l'hiver turinois. A chaque fois qu'il neige, je m'émerveille encore : c'était une grande émotion la première fois que je voyais les flocons blancs qui tombent du ciel et que je pouvais les toucher la neige. Quelle merveille!.

Qu'est-ce que vous aimez en particulier de l'Italie ?
J'aime les villes italiennes, bien sûr, elles sont toutes belles. Puis j'adore la musique et des chanteurs italiens (ils sont très bien!) Etj'aime beaucoup aussi les musées.

Vous trouvez que les italiens sont courtois et gentils avec vous ?
Courtois? Je connais seulement des gens sympas. Autant de bons Italiens qui m'aiment et qui sont toujours très cordiaux avec moi.Malheureusement en Italie il y a aussi le racisme, que j'ai vécues sur ma peau.

Vous avez des amies italiennes ? (vous nous décrivez vos amis)
J'ai beaucoup d'amies italiennes et malgaches, et des bonnes blagueuses. Mes copines sont des mamans comme moi, tandis queles amis sont pour la plupart des musiciens.

Comment elle est la relation avec la famille de votre mari?
La relation avec la famille de mon mari est très bonne. Je suis une femme chanceuse: quand je suis arrivée en Italie, ma belle-mèrem'a accueillei comme une fille. Elle me donne toujours un coup de main à chaque fois que j'en ai besoin et m'aide avec mes filles.

Quelle est votre religion ? Vous allez à la messe ?
Je suis catholique. A peine arrivé en Italie je me rendais souvent à la messe, et après de moins en moins. Savez-vous pourquoi?Parce que mon mari n'est pas un croyant et ne prie pas du tout et pour personne. Il va à l'église juste pour admirer l'architecture.

Vous êtes déjà allée à la Place Saint Pierre pour voir le Pape?
C'était un de mes premiers souhaits quand je suis arrivée en Italie, d'aller visiter le Vatican. J'ai assisté à quelques messes du pape Jean-Paul II. Mais je n'ai pas encore eu la chance de voir et d'entendre le pape Benoît XVI.

Avez-vous déjà visité d'autres villes italiennes ?
Oui, j'en ai visité beaucoup, même s'il m'en manque encore tant à voir.

A part Turin, quelle est la ville italienne qui vous a beaucoup plu ?
Eh bien, c'est difficile à dire. J'ai laissé mon coeur à Capri et à Florence. Ça me plairait, oui de vivre là-bas.

Qu'est-ce que vous préférez de l'Italie?
Comme je l'ai dit, j'adore la cuisine italienne. Puis j'aime les monuments, les paysages et l'histoire de l'Italie.

Allez-vous souvent trouver vos parents à Madagascar ?
J'aime beaucoup mon pays natal et quand je peux, je rentre. J'ai été là-bas récemment et je suis restée trois mois avec mes enfantsdans ma ville, à Andapa òù vivent ma famille et mes amis les plus spéciaux

Quand vous rentrez dans votre pays d'origine, vos parents et amis vous font la fête ?
Oui, j'ai une grande famille qui me fait la fête tout le temps. Chaque fois que j'y vais je grossis toujours, parce qu'ils me laissent rienfaire ! Aujourd'hui, il y a un qui me cuisine du poulet rôti, demain un autre me fait des saucisses, façon malgache, après-demain un autre encore m'apporte du gâteau. Le soir, les brochette ne manquent jamais. Mes belles-soeurs et mes sœurs m'aident pour lesmanucures et soins des cheveux. J'en ai marre des tresses? Elle me les font lisses comme une chinoise. Ils me font sentir une vraie princesse, et c'est parce que je suis la «faravavy" (la benjamine de la famille), et que j'étais la première qui a eu le courage de quitter Madagascar. J'ai été vraiment heureuse pendant ces longues vacances, même si  je pleurais parce que je n'ai pas trouvé ma mère, qui m'a quitté il y a  quelques années.


Qu'est-ce qu'ils vous demandent ?
Habituellement mes amies me demandent s'ils peuvent venir en Italie avec moi, ou si je peux leur trouver un bon "parti" italien. Puiselles me demandent aussi de les amener des chaussures et vêtements "made ??in Italy". Par contre, ma famille et mes amis proches, cette année, m'ont demandé comment va l'Italie et sa politique: ils sont très informés et ils connaissent désormais tout le monde.


Si aujourd'hui vous devez choisir, vous feriez les mêmes choses que vous avez fait?
Je vis dans deux endroits magnifiques que tout le monde rêve, à Madagascar et en Italie. En outre, je suis ici par amour et je me sens bien. Ainsi, même quand je suis à Madagascar, qui est mon "paradis" personnel, je porte avec moi deux passeports, lemalgache et l'italien. Donc, je le répète, je referais tout bien volontiers, non seulement une seconde fois, mais aussi deux ou trois!Mais ... il ya un mais. Le rêve de revenir dans mon pays reste au fond de mon cœur, car je voudrais semer là-bas tout ce que j'ai appris en Europe, ici à "andafy" comme on dit en malgache. Dès que je pourrai, je rentre à Madagascar avec ma famille!

Ciao Madagascar, sei mio, ti amo,
un giorno tornerò
Buongiorno Italia, oramai sono tua,
sei il mio amore


Salut Madagascar, tu es à moi, je t'aime
un jour je reviendrai
Bonjour Italie, désormais je suis à toi,
tu es mon amour

Olga del Madagascar

 

Traduction libre: Rondro Volantsoa
Pour radiovazogasy.com 

 

Add a comment